Le collège unique, le collège abdique!

 

Hey!

(…ya…Hey ya! You think you’ve got it, oh you think you’ve got it just don’t get it ’til there’s nothing at all…)

 ReformeMY BALLS!

Décidément, je n’en ai pas terminé avec notre Ministre de l’Éducation Nationale et de la Recherche…je suppose que vous avez du être ces derniers jours, harcelés d’informations concernant la nouvelle réforme de merde  des collèges pour un collège de merde unique (j’ai dit que c’était de la merde ? Oops! Sorry, je devrais plutôt écrire « matière fécale de couleur marron en non cas de diarrhée! Oops! (I did it again, I played with your heart, got lost in the game, oh baby baby ») Sorry, je devrais plutôt écrire « trouble du transit défini par une émission fréquente de selles molles »)!

Après avoir lu beaucoup d’articles quelques articles (oops! sorry, je devrais plutôt écrire « après m’être posée tranquillement afin de parcourir des écrits du regard afin d’en avoir une compréhension optimale »), je ne peux que m’indigner face à cette énormité qu’on veut nous faire passer comme une lettre à la poste! Et vu que ceux qui critiquent ce collège qui prône l’élitisme ont fait rédiger à des gens qui n’ont pas posé les pieds dans un collège depuis bien longtemps de toute évidence « spécialistes » un texte incompréhensible pour bien des personnes ,composé de mots de plus de huit lettres alignés pour faire genre « ouais, moi j’suis trop un expert, j’écris de longs mots que tu ne comprends pas mais t’inquiètes pas, moi non plus! »….expert, expert…en éducation je l’ignore, mais en connerie, ça, c’est une certitude!

Vu que vous n’avez pas que ça à foutre de vous taper une soixantaine de pages d’immondices  tous le temps, je le sais, d’examiner  cette réforme dans son entièreté, je vais tâcher de vous en expliquer les points les plus ahurissants les plus importants, du moins à mes humbles yeux.

EPI

1°/La star incontestée de cette nouvelle réforme s’avère être *tadaaaaa*: les EPI quoi encore ? (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires). Ma foi, l’interdisciplinarité, je n’ai rien contre. Mais elle doit être basée sur le volontariat et la cohérence. Si je n’ai pas envie de travailler avec mes collègues parce qu’il me cassent les couilles/brisent les ovaires que j’estime que ce n’est pas pertinent pour la progression de mon cours, il est de mon droit de travailler seul! L’idée de base n’est pas fondamentalement mauvaise, en revanche, la façon dont elle s’inscrit dans ce projet est largement débile discutable. Car on ne va certainement pas rajouter des heures dans le programme bien trop ennuyeux déjà de nos chers élèves pour instaurer ces EPI, non non! On va gentiment aller grignoter sur les matières soporifiques et inutiles comme les mathématiques! Au lieu d’apprendre à faire des calculs et tout et tout, on va donc s’amuser à entremêler des matières (wouhou! Faisons des maths en anglais! « On sé pa parlé frenssé mé ont sans fou! »); sauf que, pour ce faire, il va falloir concerter les collègues pour comparer les projets et mettre en place un cours solide et sensé qui transmettrait un savoir aux élèves tout en les amusant. Et sincèrement, profs fainéants que nous sommes, nous n’avons que ça à faire en sortant du collège, discuter boulot! C’est vrai, c’est pas comme si on avait des copies à corriger, un cahier de texte à remplir, des cours à préparer, des supports un peu mieux que ceux du bouquin à chercher pour rendre les cours un peu plus agréables pour nos élèves, des enfants, des chats, une famille! Bien évidemment, profs surpayés que nous sommes, nous sommes priés de bien vouloir organiser ces séances d’EPI sur notre temps libre! Parce que oui, bon, à moins de vouloir faire de la merde en barre n’importe quoi, un cours….ça se prépare!

collège_disparition_latin_grec

2°/ Madame Belkacem, devant Bourdin sur RMC (clique : vidéo en bas de la page),  certifie que l’apprentissage du Latin et du Grec n’est pas menacé et que ces langues mortes seront enseignées dans le cadre d’EPI. A la base, elle souhaitait qu’elles soient enseignées lors des cours de français (parce que les élèves ont une telle maîtrise du verbe « croiver » qu’il semble concevable de faire fi (oui aussi garçon) d’une ou deux heures de français par semaine), mais après réflexion, ces cours seront proposés lors d’EPI. Donc, si je résume, les EPI sont des cours choisis par chaque établissement. Par conséquent, un établissement de banlieue (allez, lançons nous dans le bon cliché) qui va estimer qu’il ne sera pas important pour les élèves  de se cultiver un peu, apprendre l’étymologie des mots qu’ils utilisent d’apprendre ces langues pourra ne pas les proposer et par conséquent, l’option de l’apprentissage de ces langues se métamorphosera en l’obligation de non apprentissage, le choix ne leur étant pas un seul instant offert. Collège unique, vous dites ?

dessin-anglais-socle0001

3°/Ce qui me sidère (« on dit S.I.D.R »…blague de mon kiné, désolée) en tant que prof’ d’anglais, c’est le traitement qu’on fait aux langues vivantes étrangères… Alors, grande nouvelle, on va instaurer l’anglais dès le primaire…Wouahouuu heureusement que ça n’existait pas déjà dites donc! Ayant moi-même enseigné en maternelle et en primaire pour les parents des tout petits qui le souhaitaient, j’ai des relents de « Head and shoulder, knees and toes, knees and toes »…les profs d’anglais comprendront, sinon, cliquez! Bref, je digresse (« graisse! »)…on intègre donc l’anglais dès le primaire MAIS on supprime les classes bilingues et européennes qui sont jugées trop élitistes pour madame la Ministre. Il est vrai que moi, jeune portoise, de milieu  -icidoitsetrouveruntermequisignifiemodestemaisenpire-, j’ai du intégrer une classe européenne allemand parce que mes parents sont riches/cadres/érudits! Qu’est-ce que ça veut dire alors ? Tout simplement que ces options sont proposées à TOUS les élèves qui choisissent avec leurs parents ou pas de se renforcer dans une langue. Ce n’est pas de la faute des professeurs si ces élèves ne sont pas volontaires! Aussi, lorsque les gamins vous demandent « Ouais mais, moi j’ai pas d’argent, je vais pas voyager, ça me sert à quoi de parler anglais/allemand/espagnol ? »….On pouvait au moins leur répondre « Et bien pour pouvoir communiquer avec ton correspondant et lors de ton séjour linguistique en Angleterre/Allemagne/Espagne » Ce qui provoquait chez eux des étincelles dans les yeux et une forte volonté de bien faire en classe et de suivre avec la plus grande attention. Parce que oui, même les gamins issus de milieux défavorisés peuvent avoir la chance d’effectuer ces voyages puisque des aides (et pas des aides de pédé heun! Désolée les homos pour l’expression, je vous aime!) sont offertes aux familles. Que vont devenir ces voyages linguistiques ? Vu que tout le monde doit être égal…y aura-t-il des voyages organisés pour TOUTES les classes ? OU alors, les établissements avec le plus de moyens organiseront des voyages pour leurs élèves…collège unique, vous dites ?

161_800

4°/ Au XXIème siècle, incontestablement, nous sommes à l’ère du numérique. L’utilisation d’outils tels que le TBI qu’un de mes élèves adore lécher (Tableau Blanc Interactif), l’ordinateur, le vidéoprojecteur, les tablettes tactiles, le mp4 et j’en passe est loué par tous! Il est vrai que pour les langues, ces outils représentent un atout considérable afin de rendre un cours un peu plus attractif. Mais encore faudrait-il disposer de ces objets dans TOUS les établissements.  Parce que envoyer des professeurs en formation inutile pour payer des gens qui te montrent comment créer un powerpoint qu’assister à une formation sur le numérique qui comporte des cours concernant l’utilisation de la tablette tactile en classe, c’est très intéressant! Ce qui l’est un peu moins, c’est de savoir qu’on ne pourra jamais reproduire ce qui a été assimilé pendant cette formation étant donné que les budgets de nombreux établissements ne permettent pas l’achat de ces outils dernier cri. Je suis actuellement dans un établissement où il n’y a ni tablette, ni mp4, ni mp3,  qui dispose de deux TBI qui ne sont pas fonctionnels, qui n’a pas de labo de langues et dans lequel, si l’on veut allumer le vidéoprojecteur (qui a été livré sans sa télécommande il faut le croire) pour montrer un document à ses élèves, ils croient que nous allons nous suicider en nous jetant du haut de la table que nous devons escalader pour atteindre le bouton « ON/OFF »…pratique, n’est-ce pas ?  Alors bon, le plan, il est bien joli, mais encore une fois, les collèges qui n’ont pas le budget ne peuvent pas se permettre ces  bijoux de technologie…collège unique, vous dites ?

CDhtgISWAAEpRi3

5°/ Le point « WhatTheFuckesque »  sur lequel je souhaiterais m’attarder: les termes employés pour qualifier désormais les activités telles que « piscine »; dorénavant on s’attellera à dire « se déplacer dans un milieu aquatique standardisé », qui est expliqué par le fait qu’on apprenne aux élèves à nager dans des piscines mais aussi en bord de mer paraît-il dans les DOM! Alors là, toutes mes excuses mais LOL MDR PTDR ATPR XPTDR LOLLOLLOL … je sais pas pour les autres DOM, mais en ce qui concerne la Réunion, on apprend bel et bien aux élèves à nager dans une piscine! Surtout qu’actuellement avec la crise requin, le terme approprié serait « comment se faire amputer par un requin qu’on va prélever parce qu’il a faim et qu’il est devenu agressif parce qu’on pêche comme des gros connards et que les « makottes » que nous sommes déversons toutes nos ordures dans la mer mais c’est quand même la faute des requins ». Sinon, le mot NATATION existe heun (oui, parce jusqu’à preuve du contraire, ce sont des cours de natation et non de piscine!) mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?  Ne vous en faites pas, les professeurs ont l’habitude de ce jargon stérile et improbable! Tous les textes qui composent les socles communs ainsi que les programmes sont formulés de la sorte. Allez dire à un gamin issu de milieu défavorisé que vous l’emmenez « se déplacer dans un milieu aquatique standardisé », soit, il va vous prendre pour ce dont vous aurez l’air un con, soit, il se demandera si ou la pou jure son monmon quelle étrange langue vous parlez!

theorie_du_complot_illuminati_maths_3-3-215_500p

6°/ Concernant l’Histoire, celle qui compose une partie de votre culture générale, les cours seront optionnels et il sera de la responsabilité de chaque établissement de déterminer le programme enseigné par les professeurs. Ainsi, Jean-Bob (on ne se moque pas!)  qui arrive en 6ème dans un collège de Saint-Denis et qui étudie l’histoire du Christianisme en première partie d’année déménage en cours d’année à Saint-Joseph dans un autre collège et se voit  suivre une seconde fois la séquence sur le Christianisme puisque à Saint-Jo en début d’année on a décidé de plutôt débuter par le Judaïsme. Résultat, Jean-Bob en aura marre du Christianisme et surtout, il sera désavantagé par rapport à ses camarades qui ont suivi tous les cours d’Histoire dans le même collège. Et en 5ème, ça nous donne donc un bourrique élève complètement perdu! Collège unique, vous dites ?

réforme collège1

Ainsi, la Ministre nous avoue que ce projet de réforme est le fruit de l’ennui des élèves.  Donc, nous, professeurs, devons tout mettre en oeuvre pour que ces malheureux jeunes ayant le privilège de pouvoir s’instruire afin de se bâtir un avenir contrairement à d’autres qui seraient capables de tout pour avoir la chance d’étudier, ne s’endorment pas en classe (On peut éventuellement les envoyer à Madagascar, en Inde ou en Chine, s’ils s’ennuient! Ils découvriront les bienfaits du travail dès le plus jeune âge afin de ne plus jamais pouvoir s’ennuyer). Bien sûr, lorsque le gamin a traîné avec ses potes la veille jusqu’à pas d’heure ou est resté toute la nuit devant la télévision, il est bien compliqué d’attirer son attention, son regard de poisson rouge, vide, combattant les paupières pour qu’elles ne se referment pas sur lui et qu’il ne bave pas sur la table !

L’on attend plus de nous d’inculquer notre savoir, l’on attend de nous de faire les clowns…le professeur entame ainsi sa métamorphose en animateur de centre aéré et tout ceci semble normal! Ce qui a le don de me faire sortir de mes gonds, car madame la Ministre, l’ennui est source de réflexion qui va permettre à chaque être de développer sa pensée propre et par conséquent l’esprit critique que vous nous sommez de leur transmettre. Vous n’imagineriez même pas le nombre d’idées brillantes nées de l’ennui provoqué par un cours. Car oui, il est tout à fait possible qu’un élève, à un moment donné s’ennuie en classe.  L’article de Marianne (clique)  relate les dires de madame Belkacem qui est persuadée que les élèves sont en décrochage scolaire car les cours ne les passionnent pas. Devrions-nous peut-être leur montrer les Angles de la télé-réalité ? Ils ne s’ennuieraient pas et se découvriraient même des vocations: putes, connasses, queutards et futurs dépressifs suicidaires ayant sombré à nouveau dans l’anonymat le plus total après l’arrêt de l’émission qui a provoqué chez le spectateur un désintérêt pour la personne insignifiante.

Il apparaît que les anciennes générations non dotées d’outils numériques et d’internet suivaient des cours stricts et se pliaient minutieusement aux règles de la grammaire. Il apparaît que ces générations se sont mieux débrouillées que nos élèves le font aujourd’hui. Les élèves désintéressés par l’école ? Estomaquant (bah…quand tu veux!) lorsqu’on sait qu’étant donné la conjoncture actuelle, de toute façon, ils n’auront pas de travail!  Et puis, à quoi bon se tuer à étudier et travailler dur puisque maman avec ses 5 enfants et ses allocations et aides touche plus que mon prof en restant chez elle à regarder des telenovelas rien fiche…nouvelle vocation: mère au foyer seule avec le plus de sources de revenus possible, communément appelées enfants. D’autant plus que depuis 2013, la loi contre l’absentéisme (clique) qui suspendait les allocations aux familles en cas d’absences répétées et non justifiées a été abrogée par madame George Pau Langevin (anciennement Ministre de la réussite éducative; celle même qui a débloqué des millions pour prélever les requins à la Réunion) qui estime que ce n’est pas la faute des parents si leurs gamins de 11 ans ne vont pas à l’école :) (ça doit encore être la faute de ma mémé!).

Aller à l’école est une aubaine dont trop peu de gens ont conscience. S’ennuyer est un putain de luxe et si certains avaient connaissance du nombre d’enfants qui aspirent à cette oisiveté, ils chériraient chaque seconde de cet ennui tant jalousé. Bien évidemment, on peut apprendre en s’amusant, mais il faudrait pour ce faire imprégner les élèves de certaines valeurs. Tout se mérite ici bas et c’est à la sueur de son front qu’on accomplit les choses (« Quoi? Tu as eu 5 en français ? Out prof c’est un moukate!!! »…c’est TOUJOURS la faute du prof!). Il faut se mettre au travail! Et nous avons beau expliquer cela aux gamins, nous tendons la main à des manchots quand, lorsqu’ils rentrent chez eux, leurs parents les laissent faire ce qu’ils veulent et ne leur expliquent pas, eux qui sont leurs modèles, (qui préfèrent montrer la culture du « assise devant télé, coque l’argent l’Etat » plutôt que la culture du travail) que rien n’est acquis ici bas et qu’il faut se battre pour se créer un avenir.

Si votre désir est de créer une société emplie de personnes inaptes à réfléchir après avoir englouti des idées pré-mâchées, des informations pré-digérées et d’en faire des êtres humains incapables de penser, parce qu’un citoyen qui réfléchit/pense est un citoyen qui dérange  (ce qui pourrait expliquer la volonté de supprimer les filières Recherche dans les Universités), alors je comprends. Mais si vous souhaitez sincèrement développer chez ces apprenants un esprit critique et une capacité à raisonner, laissez-donc ces enfants s’ennuyer! Vous voulez réellement influencer le niveau des collégiens français madame la Ministre ? Commençons par éduquer les parents! Les professeurs n’ont pas à payer les fautes commises sur leur progéniture.

strom2

Vous préconisez l’égalité de tous les élèves…ahhh pour sûr, ils seront égaux…dans la médiocrité!

 

college4l

4 Comments

  1. La forme de dérision n’enlève rien à la force du propos !
    Très bon texte !

    P.S. : comment dire « M’dame ! J’ai trop rigolé à cause de Malih ! J’peux sortir faire pipi siouplait ? » en Belkacemien ?

  2. Hé ouais c’est exactement ça et ça m’énerve bien fort ; d’autant que la plupart des gens qui sont favorables à cette réforme soit méconnaissent le système éducatif en place et ne comprennent pas qu’on est en train de l’amputer et de le détériorer, soit espèrent que les « promesses » de « meilleur » seront appliquées (or il manque : manque de profs, d’heures, et de logistique adéquate, pour réellement mettre en place quoi que ce soit, de toute manière).
    Réformer c’est une chose, mais empirer un système déjà loin d’être parfait, c’est ridicule.

    • Oui mais les profs sont si fainéants que sauter sur l’occasion de faire grève, ce n’est pas étonnant! De quoi ils se plaignent ces profs ? Toujours à râler!
      Les gens sont mal informés et c’est une volonté du gouvernement afin qu’il n’y ait pas de soulèvement. C’est maintenant devenu une gueguerre entre la droite qui estime que cette réforme va engendrer des dommages collatéraux et la gauche qui simplement pour faire un fuck à la droite va quand même décider d’aller en mission suicide. Les élèves ne sont même plus concernés..
      Et ces parents qui ne comprennent pas que l’on fait grève pour LEURS enfants…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© 2017 Hey Mali!

Original theme by Anders Noren | Pimped by TikOUp ↑